Uruguay, la gentillesse de ton peuple nous séduit

Come back en Amérique latine.
Après une interruption forcée de notre itinérance en mars 2020, Septembre 2022 sonne enfin l’heure du retour sur le continent américain.
C’est par sa face Sud que nous décidons de le retrouver : l’Uruguay.
Un choix lié tant aux saisons qu’à la réputation de son port à Montevideo (en comparaison de celui de Zarate), où notre camion fut débarqué.
Dieu merci, sans dommage ni vol 😅, ce qui ne fut pas le cas de tous les voyageurs 🥴 !
Faut dire qu’avec nos copains, on avait fait un max pour renforcer sa sécurité, mais… quand on est obligé de donner toutes les clés au transporteur pour le contrôle des douanes, on flippe un petit peu et on croise les doigts pour qu’il n’y ait pas un petit malin qui décide d’arrondir ses fins de mois en donnant l’accès au véhicule.
Alors, voyons cela comme un bon présage pour la suite 😊.
L’Uruguay est un tout petit pays qui vit de façon très simple.
On ne se prend vraiment pas la tête et surtout, on prend son temps !
Tranquillo !
Montevideo n’est pas une ville qui nous a particulièrement séduite mais nous n’y avons pas non plus consacré beaucoup de temps : 2 jours de démarches administratives pour sortir le camion du port et réaliser son importation temporaire en Uruguay, un premier contact avec les fameux assado,
quelques petits restaurants locaux improvisés sympathiques et un tour dans les quartiers de la plaza independencia et la plaza Espagna.
Etat issu de la colonisation espagnole du Nouveau Monde, l’Uruguay déclara son indépendance vis à vis du Brésil
le 25 août 1825.
Un magnifique édifice domine la plaza Indepedencia, le Palais SALVO.
Nous avons pris le temps de le visiter.
Un musée du Tango rend hommage à ce patrimoine culturel intangible.

Palais Salvo en Construction

Palais Salvo aujourd’hui

Le plus célèbre air de Tango uruguayen du monde serait la Cumparsita, composée en 1915 par le musicien uruguayen Gerardo Matos Rodriguez,
Surnommé « le tango de tous les tangos », cette chanson d’amour latine est extrêmement populaire en Uruguay comme en Argentine.
Elle aurait été jouée pour la première fois, le 19 avril 1017, dans l’ancien café, La Giralda, qui se trouvait dans ce bâtiment emblématique dans lequel vivent aujourd’hui plusieurs artistes.
Accros au Maté, les uruguayens se promènent souvent avec le thermos d’eau chaude et leur pot de calebasse dans lequel ils boivent une sorte de thé vert à l’aide d’une paille métallique appelée bombilla.
L’Uruguay serait l’un des pays les plus progressistes au monde, la 5ème nation la plus gay-friendly. Ici, l’homosexualité est légale et un projet de loi, adopté le 12 décembre 2012, légalise le mariage pour les couples homosexuels.
De hauts immeubles modernes et de jolies maisons poussent ça et là sur la côte pour accueillir les vacanciers.
Nous y étions au début du printemps.
On ne se bousculait pas aux portillons 😊.
La côte uruguayenne, depuis Montevideo jusqu’à Cabo Polonio en passant par Punta Ballena, est bordée d’immenses plages et dunes à perte de vue. Sur des centaines de kilomètres, défilent de longues digues où cyclistes, joggers et piétons se défoulent allègrement.

Punta Ballena

C’est qu’ils sont sportifs, nos Uruguayens ! Serait-ce pour faire fondre toute la viande, plutôt grasse, qu’ils ingurgitent ?
Gourmands de viande et d’assados, ils en consommeraient 66kg par an, par habitant 😝.
A titre de comparaison, chez nous, on arriverait tout juste à 11kg. A méditer…

Lagon Garzón, hotel flottant

Ancien village de pêcheurs, José Ignacio est devenu une station balnéaire super branchée. Un vrai petit coin de paradis un peu hors du temps qui attire, entre autres, artistes et écrivains
Cabo Polonia, la pointe du « bout du monde » est plutôt la pointe des bobos. On ne peut pas s’y rendre en voiture : seul un bus safari peut nous y conduire, ou alors, il faut marcher plus d’une bonne heure et demie, dans le sable, pour passer ces immenses dunes qui séparent ce cap de la route.

Ici, on se la coule douce….

L’intérieur du pays ne semble guère très intéressant.
Essentiellement peuplé par les gauchos, grands éleveurs de bétail, il est composé d’immenses territoires monotones, pratiquement plats à perte de vues. Rien à voir avec le charme du plat pays de notre bon vieux Jacques Brel.
Nous venons d’arriver à Colonia de Sacramentos, la plus ancienne petite ville du pays, fondée en 1680.
Elle est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.
L’Argentine est à notre porte, juste en face de nous, de l’autre côté du Río de la Plata.
Pleine de charmes, Colonia nous ramène un peu au Portugal des temps anciens.
Nous y savourons chaque petite ruelle en pavés (même si on a finalement vite fait le tour 🤭), ses maisons typiques et son port datant du XVII siècle.
Passée à plusieurs reprises dans les mains des portugais et des espagnols, voir même des brésiliens, elle devint enfin propriété de L’Uruguay lors de son indépendance en 1828.

 

 

Filage de laine de merinos d’une douceur extrême

 

fin de journée vue du port de Colonia

Nous faisons encore deux haltes avant de passer la frontière:
1/ Une pause imprévue chez un collectionneur privé de vieilles voitures et de machines en tout genre.
2/ La visite de l’ancienne usine Liebig (Oxo) qui fut la première usine internationale installée en Uruguay.
Crée par Justus Von Liebig, père de la chimie organique et grand visionnaire pour l’époque, elle a fabriqué de nombreux sous-produits issus de la viande dont tout était utilisé : peaux tannées, graisse en tonneaux, gélatine, extraits de viande, conserves de viande dont les fameuses boîtes de Cornet beef qui ont nourri les soldats anglais durant la 1ere guerre mondiale.
Les amateurs de films de guerre s’en souviendront certainement 😉.

Cette gigantesque bâtisse, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, voyait défiler quelques 2.000 bêtes par jour et occupait jusqu’à 4.000 personnes.
C’est sur ce dernier voyage au pays d’Oxo et Liebig que nous quittons l’Uruguay.
La frontière vers l’Argentine est à quelques kilomètres seulement. Un immense pont de plusieurs km sépare ces deux patries.
Argentine tant attendue, on arrive !
S’abonner
Notification pour
guest

17 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Vander Elst
Vander Elst
1 mois il y a

Passionnant et tres belles photos ! Merci beaucoup et bonne route !

patricia
patricia
1 mois il y a

Superbement écrit et documenté.
profitez bien .
Bisous
Patricia

ALCOL
ALCOL
1 mois il y a

Merci les amis pour ces bonnes nouvelles et sommes vraiment contents de vous savoir à nouveau sur votre chemin..
Merci aussi pour ces jolies photos et ces beaux textes qui nous permettent de connaître un peu ce pays si progressiste.
Demain midi recevons les Tardy à Rixensart.
TVB pour l’instant.
Bises à partager
Colette et Alain

Gillet Myriam
Gillet Myriam
1 mois il y a

Super …. Tu nous fais participer à fond de votre périple…. Surtout profitez au max de votre voyage ♥️

Nathalie
Nathalie
1 mois il y a

Heureuse de vous retrouver, bienvenu sur le territoire américain, et hâte de vous suivre à travers votre périple

Antoine
Antoine
1 mois il y a

Coucou les voisins, merci de nous faire participer à votre merveilleux voyage, que de jolies photos , de chouettes commentaires qui nous font voyager et découvrir un monde que ns ne connaissons pas .
Bonne poursuite et à très vite pour de nouveaux reportages….
Les voisins du 33

GUILLERM Gabriel
GUILLERM Gabriel
1 mois il y a

Bonjour
Merci pour vos magnifiques photos et vos commentaires
Profitez bien

Martine
Martine
1 mois il y a

Merci pour ce beau reportage !

Nanou
Nanou
1 mois il y a

Quel plaisir de reprendre ces lectures ! Et ces photos pleine de couleurs et de vie (enfin sauf celle de Liebig !), sont, comme d’habitude, superbes !
On vous suit, on vous envie… on voyage avec vous !
Merci et vivement le prochain sujet !