Parcs Nationaux Ischigualasto / Talampaya

(Du 23/03/23 au 29/03/23)

 

Nous sommes actuellement de retour en Belgique pour deux mois. Nous avons laissé notre véhicule à Buenos Aires sous bonne surveillance pour le reprendre vers la fin juin, direction Brésil.

Je profite donc de cette période plus calme pour rattraper mon petit retard : 3-4 courts articles au total nous ramèneront à Buenos Aires pour prendre notre vol retour.
Nous aurions pu couper depuis la Province de Catamarca vers Buenos Aires en passant par Cordoba, mais nous devions repasser par Mendoza pour y récupérer une bouteille d’oxygène. Un détour de 500 km qui nous a permis de profiter à l’aise, une seconde fois, de la vallée d’Uco et de ses merveilleux vins et domaines vinicoles.

 

Situés à environ 100 km de distance l’un de l’autre, Ischigualasto fait encore partie de la province de San Juan tandis que Talampaya est déjà sur le territoire de la Rioja.

 

 

Parc Naturel Ischigualasto, extrême nord de la province de San Juan :

Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis l’an 2000 et appelé également « Vallée de la Lune » (à ne pas confondre avec la vallée de la Lune au Chili), ce site nous plonge d’emblée dans un environnement préhistorique assez incroyable.

 

 

 

Ici, les passionnés de « cailloux », les géologues en herbe et les paléontologues ont trouvé un terrain de jeu remarquable :
outre les étranges formations rocheuses et les couches sédimentaires de différentes couleurs, il s’agit d’un des gisements paléontologiques les plus riches de la planète.

La vallée Pintado ci-dessous présente des collines de plusieurs couches sédimentaires de couleurs diverses. Elles sont composées d’argiles, de cendres volcaniques et de sable de roches érodées.
Par leurs recherches, les paléontologues ont pu comprendre comment les facteurs environnementaux ont influencé l’évolution de la faune à l’époque.

 

 

On y apprend aussi qu’il s’agit du seul endroit au monde qui révèle l’évolution de la vie au Trias (triassique) à travers les restes fossilisés d’animaux et de plantes qui y ont été découverts et continuent à l’être. Au cours des 25 dernières années, 5 des 7 plus anciennes espèces de dinosaures primitifs au monde y furent trouvés.

 

 

D’une superficie totale de 63.000 hectares, on imagine bien que ce territoire immense cache encore bien des secrets dans les entrailles de ses terres.

Il est vivement conseillé d’avoir son propre véhicule pour y accéder. La visite, en convoi de véhicules, (pas des plus fun mais bon…), a lieu quasi toutes les heures. Elle est chapeautée par un guide espagnol et dure environ 3h.

 

 

 

 

Parc National Talampaya, province de la Rioja : 215.000 hectares.

Il y a trois moyens de visiter le parc : à pied, en VTT ou en minibus. Il faut obligatoirement être accompagné d’un guide et aucun véhicule privé ne peut pénétrer au-delà du parking principal. Ce n’est en soi pas vraiment notre « kief » de découvrir un site en groupe avec une vingtaine d’autres personnes, mais le parc a été privatisé et l’organisation fonctionne ainsi depuis quelques années. Après, vu la largeur de la piste pour atteindre le canyon et les risques de s’embourber en cas de pluie les jours précédents, j’imagine mal, les jours d’affluence, chaque particulier réalisant le circuit avec son propre véhicule…

Son nom, Talampaya, signifierait « Fleuve sec de la Tala ».
Les pistes qui conduisent à l’entrée du canyon ont été formées, au fil du temps, par les cours d’eau qui y coulaient jadis. Aujourd’hui, les lieux sont complètement asséchés.

 

 

Les anciens habitants des lieux y ont laissé des dessins millénaires sur de la pierre qui laissent supposer la transmission de messages, issus de plusieurs tribus nomades qui seraient passées par là il y a environ 1500 ans. Certains d’entre eux pourraient indiquer les axes pour trouver de l’eau.

 

Le paysage, sculpté par les pluies et les vents, et les mouvements des plaques tectoniques, est étonnant. Si le soleil daigne être de la partie, les roches vous révèleront leurs incroyables couleurs ocres et pourpres et, avec un peu de chance, les condors vous honoreront de leur vol gracieux.

Au deuxième arrêt, une zone naturellement boisée dans ce désert aride, où coule un tout petit cours d’eau, constitue une sorte de « jardin botanique ». On y trouve la majorité des plantes endémiques de la région.

Tout près du jardin botanique s’élève une immense falaise de grès rouge abritant une grande cheminée naturelle. Au fil des ans, l’eau et les vents ont creusé ce long cylindre de 200 m de hauteur dans la falaise. Si l’on crie très fort à sa base, un phénomène surprenant se produit : 3 à 4 échos se répètent au loin selon la puissance du mot ou du cri.

 

 

La « cathédrale gothique » sera l’arrêt suivant. Il paraîtrait que ses formations rocheuses en forme de pics élancés verticaux font penser à nos cathédrales gothiques…. 🤔 pas franchement convaincus ! Mais bon, je suppose qu’il a bien fallu trouver un nom à ce « stop rocheux », alors faute de mieux….

 

 

Même dans les zones désertiques, la vie trouve toujours son chemin

 

Nous quittons le PN de Talampaya en emportant cette dernière image, celle d’une jeune femme couverte d’un élégant chapeau, en pleine contemplation des merveilleuses montagnes enneigées au loin. Il s’agit de la magnifique Sierra de Famatina, notre prochaine étape.

En chemin, une halte s’impose à Villa Unión pour y faire quelques provisions. Nous y passons une nuit sur une place avant de prendre la route pour l’office du tourisme de Vinchina où nous pensons organiser notre expédition à la Réserve Provinciale de la Laguna Brava. Comme il est interdit de s’y rendre sans guide local, nous bookons un départ pour le lendemain matin.
4700m d’altitude sera notre point maximum. Une nouvelle partie de la Cordillère des Andes nous attend…

A tout bientôt !

 

S’abonner
Notification pour
guest

4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
rul
rul
11 mois il y a

Bravo !

Vander Elst
Vander Elst
11 mois il y a

Je te lis dans le Tgv pour la Provence ! On ne. Va pas pouvoir se voir, nous rentrons le 26 juin
A défaut je te lirai fidèlement. Vous êtes resplendissants sur la photo ! Cette aventure vous réussit à merveille !
Bisous de nous deux

ALCOL
ALCOL
11 mois il y a

Génial les amis,
Merci encore car on profite vraiment de paysages magnifiques…
Biz
Colette et Alain

Anne-Caroline
Anne-Caroline
11 mois il y a

Talampaya me rappelle un peu de Zion (par les falaises et roches rouges) et un peu Bryce Canyon (par les personnages).
Mais ça reste Talampaya et ça donne envie d’y aller !!!